Tennis

09 novembre 2017 21:07; Act: 09.11.2017 21:07 Print

Agassi veut aider Djoko à «être meilleur que jamais»

Andre Agassi croit pouvoir aider l'ex numéro 1 mondial Novak Djokovic «à être meilleur qu'il ne l'a jamais été» après une saison 2017 décevante et écourtée par une blessure à un coude.

storybild

André Agassi et Novak Djokovic le 3 juillet 2017 à Wimbledon. (Photo: Keystone)

Une faute?

«Pour être tout à fait honnête, (Djokovic) n'a pas besoin de moi pour gagner à nouveau, mais je pense que je peux l'aider à être meilleur qu'il ne l'a jamais été», a expliqué l'Américain durant l'émission «Beyond the Baseline» du magazine Sports Illustrated, diffusée sur internet (à écouter ci-dessous). «Mon objectif est que cela soit plus facile pour lui, pas sur les tableaux d'affichage, mais dans le processus mental», a poursuivi cet autre ancien no 1 mondial, époux à la ville de l'Allemande Steffi Graf.

Andre Agassi (47 ans) a commencé à travailler avec Novak Djokovic juste avant Roland Garros où le Serbe, tenant du titre, s'est incliné en quarts de finale. Celui-ci a ensuite remporté le tournoi sur gazon d'Eastbourne, avant de mettre un terme à sa saison après son élimination en quarts de finale à Wimbledon.

Capacités mentales uniques

Novak Djokovic (30 ans) est désormais 12e mondial, son pire classement depuis mars 2007, mais Agassi, vainqueur de huit titres du Grand Chelem dans sa carrière - contre 12 à «Djoko» -, est confiant. «J'ai toujours choisi la difficulté dans ma vie (...) Il a gagné beaucoup plus de trophées que moi, il est peut-être au point le plus bas de sa carrière, je suis arrivé juste avant Roland Garros, mais je n'ai aucune crainte», a insisté l'Américain, qui a précisé que Djoko devrait savoir dans «une semaine si sa fracture du coude est définitivement derrière lui».

«C'est quelqu'un d'incroyablement doué à bien des égards, on n'en voit que quelques aspects sur les courts de tennis, mais il a des capacités mentales, psychologiques et analytiques uniques», a encore estimé Andre Agassi. «Il est spécial, s'il le veut et s'il fait les choses bien, quand il aura 36 ou 37 ans, il donnera une nouvelle définition de ce que cet âge veut dire», a-t-il conclu.

(nxp/ats)