Canton du Valais

09 novembre 2017 12:34; Act: 09.11.2017 16:24 Print

Les tétras-lyres et perdrix des neiges sont menacés

Les tétraonidés paient un lourd tribut au développement des sports d'hiver de plein air, en sus des autres facteurs de mortalité.

storybild

Comme les tétras-lyres, les perdrix des neiges voient leur nombre reculer. (Photo: Parc Natinal des Dolomites)

Une faute?

Face au déclin du nombre de tétras-lyres et de perdrix des neiges en Valais, la station ornithologique suisse et Fauna VS demandent une restriction de la chasse. Le sujet occupera le Grand Conseil lors de sa session de novembre.

Le Conseil d'Etat valaisan rejette un postulat demandant une restriction de la chasse aux tétraonidés (tétras-lyres et perdrix des neiges). La position du gouvernement cantonal, qui sera sur la table du Grand Conseil le 17 novembre, fait réagir la Station ornithologique suisse et la Société valaisanne de biologie de la Faune (Fauna VS).

«L'Etat du Valais dégage en touche, prétendant que les effectifs de ces deux espèces sont stables en Valais à long terme. Or, cette assertion est tout simplement fausse. Elle contredit les résultats de la recherche scientifique», affirme Fauna VS dans un communiqué diffusé jeudi.

Chasse «coresponsable»

Selon une étude menée par la Station ornithologique suisse et l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage, publiée en 2016, la baisse du nombre de perdrix des neiges «atteint, dans les sites valaisan, un taux de 50% en 18 ans, ce qui correspond à la plus forte baisse enregistrée dans l'étude». «Cette évolution négative est corroborée par les premiers résultats de l'Atlas des oiseaux nicheurs de Suisse 2013-2016 qui paraîtra en 2018, communique la Station ornithologique.

Quant aux tétras-lyres, ils »ont payé et paient toujours un lourd tribut au développement des sports d'hiver de plein air. Tout facteur de mortalité supplémentaire est donc à proscrire«, estime Fauna Valais. Les deux organisations demandent une restriction de la chasse, »coresponsable« du déclin des deux espèces.

Diminution »dramatique«

Selon Fauna VS, la »diminution dramatique« du lagopède alpin ou perdrix des neiges en Valais est »probablement une conséquence du réchauffement climatique«. Mais la pression de la chasse n'a jamais été ajustée afin de freiner drastiquement ce déclin. Un chasseur peut tirer jusqu'à huit perdrix des neiges par an (deux par jour au maximum), et six tétras-lyres. »En 2015, seuls sept chasseurs ont abattu le nombre maximal autorisé de tétras-lyres«, précise le Conseil d'Etat dans sa réponse au postulat.

Le canton assure garder »un oeil attentif sur l'impact de la chasse« et se dit »prêt à réagir dès qu'un recul significatif des effectifs serait constaté". Selon Fauna VS et la Station ornithologique, les connaissances à disposition montrent que c'est déjà le cas.

(nxp/ats)