Fribourg

10 novembre 2017 12:49; Act: 10.11.2017 12:49 Print

Le PLR brigue un deuxième siège

Le parti bourgeois se lance dans la course pour la succession de la ministre verte démissionnaire Marie Garnier.

storybild

Sous pression, Marie Garnier a annoncé mercredi sa démission. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le PLR fribourgeois a entamé les démarches pour trouver un candidat, homme ou femme, qui tentera d'obtenir un deuxième siège au Conseil d'Etat lors de l'élection complémentaire de mars 2018.

Le PLR doit être présent dans la campagne, au vu du résultat de l'élection du Conseil d'Etat en 2016 et de sa progression au Grand Conseil, a expliqué vendredi dans un communiqué le bureau du parti. Ce dernier s'est réuni jeudi pour analyser la situation.

Le comité directeur se réunira le 12 décembre pour valider une candidature, qui sera présentée en assemblée cantonale extraordinaire le 11 janvier. Quant à un éventuel accord avec ses partenaires de droite, le PLR mènera d'abord les réflexions à l'interne avant de se déterminer.

Tiraillements en vue

La droite pourrait à nouveau se trouver tiraillée quant à la pertinence ou non de grouper ses forces. Lors de l'élection de 2016, l'UDC n'avait pas réussi à entrer au gouvernement avec son candidat Stéphane Peiry, malgré l'alliance conclue avec le PLR et le PDC.

Pour l'élection complémentaire de mars prochain, l'UDC affiche des ambitions mais n'a pas encore communiqué de noms de candidats. Quant au PDC, qui occupe déjà trois sièges, il a indiqué qu'il ne compte pas en revendiquer un quatrième, a priori.

Le gouvernement est actuellement composé de 3 PDC (Georges Godel, Jean-Pierre Siggen, Olivier Curty), 2 PS (Anne-Claude Demierre, Jean-François Steiert), 1 PLR (Maurice Ropraz) et 1 Verte (Marie Garnier). L'élection ayant lieu dans quatre mois, les partis doivent rapidement déterminer s'ils entrent en lice, et avec quels candidats.

Mercredi, jour de la démission de Marie Garnier, son parti a lancé un appel à candidatures. Deux personnes se sont déjà manifestées: Sylvie Bonvin-Sansonnens, cheffe du groupe Vert Centre Gauche au Grand Conseil, et Gerhard Andrey, vice-président des Verts suisses. Le PLR fribourgeois se lance dans la course pour la succession de la ministre verte démissionnaire Marie Garnier. Il a entamé les démarches pour trouver un candidat, homme ou femme, qui tentera d'obtenir un deuxième siège au Conseil d'Etat lors de l'élection complémentaire de mars 2018.

Le PLR doit être présent dans la campagne, au vu du résultat de l'élection du Conseil d'Etat en 2016 et de sa progression au Grand Conseil, a expliqué vendredi dans un communiqué le bureau du parti. Ce dernier s'est réuni jeudi pour analyser la situation.

Le comité directeur se réunira le 12 décembre pour valider une candidature, qui sera présentée en assemblée cantonale extraordinaire le 11 janvier. Quant à un éventuel accord avec ses partenaires de droite, le PLR mènera d'abord les réflexions à l'interne avant de se déterminer.

Tiraillements en vue

La droite pourrait à nouveau se trouver tiraillée quant à la pertinence ou non de grouper ses forces. Lors de l'élection de 2016, l'UDC n'avait pas réussi à entrer au gouvernement avec son candidat Stéphane Peiry, malgré l'alliance conclue avec le PLR et le PDC.

Pour l'élection complémentaire de mars prochain, l'UDC affiche des ambitions mais n'a pas encore communiqué de noms de candidats. Quant au PDC, qui occupe déjà trois sièges, il a indiqué qu'il ne compte pas en revendiquer un quatrième, a priori.

Le gouvernement est actuellement composé de 3 PDC (Georges Godel, Jean-Pierre Siggen, Olivier Curty), 2 PS (Anne-Claude Demierre, Jean-François Steiert), 1 PLR (Maurice Ropraz) et 1 Verte (Marie Garnier). L'élection ayant lieu dans quatre mois, les partis doivent rapidement déterminer s'ils entrent en lice, et avec quels candidats.

Mercredi, jour de la démission de Marie Garnier, son parti a lancé un appel à candidatures. Deux personnes se sont déjà manifestées: Sylvie Bonvin-Sansonnens, cheffe du groupe Vert Centre Gauche au Grand Conseil, et Gerhard Andrey, vice-président des Verts suisses.

(nxp/ats)