Suisse

08 novembre 2017 22:54; Act: 08.11.2017 22:54 Print

Hôpitaux: le personnel déplore les punitions

Les résultats d'une enquête de trois ans auprès du personnel médical de Suisse romande et du Tessin viennent d'être publiés.

storybild

Environ 1300 a 1500 personnes, pour la plupart des medecins et des assistantes medicales en blouse blanche avaient manifesté en mars 2009 dans les rues de Lausanne en protestation contre la baisse des tarifs des analyses de laboratoire. (Photo: Keystone/Dominic Favre)

Sur ce sujet
Une faute?

La culture de la sécurité des patients dans les hôpitaux... C'est sur ce thème que la Conférence des directeurs médicaux de la
Suisse romande et du Tessin a lancé, de 2015 à 2017, une vaste enquête auprès des collaborateurs des principaux hôpitaux publics. Cette première sur le plan suisse vise à permettre aux structures médicales de mettre en place un cadre propice à l’amélioration de la sécurité des soins et des patients.

«Depuis longtemps, de nombreux projets sont mis en place pour améliorer les prises en charge, diminuer les incidents, les erreurs et les effets indésirables des traitements et des hospitalisations. Mais les centres de soins ne se concertent pas toujours suffisamment pour partager les informations ou les actions entreprises et leurs résultats», a expliqué le Dr Bernard Vermeulen, du comité de la Conférence des directeurs médicaux .

32'000 demandes, 13'000 réponses

Quelque 32'000 collaborateurs des hôpitaux genevois, valaisan, vaudois, neuchâtelois, du Jura et du réseau hospitalier du Tessin ont été interrogés par formulaire. Il y a eu environ 13'000 réponses, soit un taux de participation de 41%, a relevé la Conférence des directeurs médicaux, lundi.

Le personnel s'est dit satisfait de plusieurs aspects comme la fréquence de notification des incidents ou le climat de travail. Mais il a formulé plusieurs griefs et souhaité «une réaction non punitive à l’erreur».

«Approche managériale »

Pour le Dr Bernard Vermeulen, cela signifie que les collaborateurs veulent «une approche managériale permettant de développer une culture institutionnelle d'amélioration continue car on apprend de ses manquements». Une telle attitude favoriserait, selon lui, les déclarations spontanées des erreurs et des incidents et leur traitement. Les travailleurs de la santé ont également souhaité un renfort des effectifs.
Une nouvelle enquête de ce genre devrait se dérouler en 2019.

Créée en 2009, la Conférence des directeurs médicaux de la Suisse latine réunit des responsables hospitaliers des cantons romands et du Tessin.


(apn)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jan le 08.11.2017 23:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ne mettons plus déconomistes au niveau des directi

    Le où les hôpitaux ne seront plus dirigés au niveau administratif par le pire « cancer » des entreprises: les économistes , il se passera de meilleures choses pour le personnel médical .....et les patients!

  • Marie-Jo le 08.11.2017 23:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui défendez vous.

    Cest normal, il y a trop longtemps que les hôpitaux manquent de personnel, et que ces derniers doivent courir, nont plus le temps de parler et découter les patients, Des formations supplémentaires sont à effectuer, vu que les techniques de soins évoluent dannée en année. Allez le personnel défendez vous, cest le moment .

  • Suisse le 09.11.2017 00:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Stop

    Lerreur médical n est pas suffisamment punie en Suisse! Stop a limpunité!!!?

Les derniers commentaires

  • Zora le 09.11.2017 15:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout à fait raison

    Justement c'est un problème et personne ne dit rien. Les infirmiers 12 heures à la suite pas légal mais personne ne dit rien. Bien souvent les 12 heures sont dépassées. Les infirmiers ne souhaitent pas revenir en arrière car moins de trajets pour les frontaliers. Tant que cela arrange on ne dit rien. Besoin de moins de personnel si on fait le calcul 3 fois 8 ou 2 fois douze.

  • Bien Choisi le 09.11.2017 15:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut pas pleurer !!!

    Peut-être la plupart de tous qui commente ils on vote non à la casse unique , maintenant il faut pas pleurer ! E tout le monde qui a voté non pour la caisse unique devrait payer plus chère son assurance maladie.

  • Ben voyons le 09.11.2017 15:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Évidemment

    A force d'engager les petits compatriotes frontaliers sous-qualifiés, il n'y a plus de qualité.

  • belli le 09.11.2017 11:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    grande foutaise!!!

    et moi j'aimerai savoir quand on prendra en compte la sécurité du personnels soignants....horaires insoutenable, condition de travail déplorable, salaire de misère et cadence de travail inhumaine!!!!! quand

  • Youri le 09.11.2017 11:12 Report dénoncer ce commentaire

    les heures

    est ce que quelqu'un peut me dire combien d'heure un médecin interne de l'hôpital peut faire à la suite, soit par jour ou par semaine.Merci

    • Zora le 09.11.2017 12:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      Venez sur le terrain !!!

      Rien ne sert de faire un calcul à la fin du mois les heures sont remises à zéro sans compensation. Ceci plus de 40 heures je vous assure données gratuitement !!! Sûr que ces médecins ne sont pas restés les mains dans les poches !!! Quand je lis les commentaires de certains on pourrait croire que c'est normal !!!

    • Youri le 09.11.2017 13:54 Report dénoncer ce commentaire

      entre 40 tonnes et bistouri

      @ Zora je posais juste cette question,car je me disais et je comparais les heures entre un chauffeur routier et un interne.Pourquoi ? parce que les deux ont des grosses responsabilité en cas d'erreur . un chauffeur max 56h /semaine + 45 min pause tts les 4 1/2 de conduite. Sanction en cas de dépassement des heures, danger de fatigue de conduite avec les autres usagers, et pour un médecin il y a risque de faute avec la fatigue, après je ne sais combien d'heures de garde et personne ne dit rien. c'est pour cela que je posais la question.