Océanie

23 octobre 2017 07:49; Act: 23.10.2017 08:52 Print

Pluie de cendres après une éruption volcanique

L'archipel des Salomon, dans le Pacifique, est en alerte avec le réveil d'un volcan près des îles Santa Cruz, où vivent plus de 10'000 personnes.

storybild

L'île de Tinakula est inhabitée depuis 1971 et une éruption du volcan. (Photo: Google)

Sur ce sujet
Une faute?

Des habitants du sud-est de l'archipel des Salomon, dans le Pacifique, ont reçu pour consigne de rester chez eux en raison d'une pluie de cendres due à l'éruption du volcan de l'île de Tinakula. Un manque d'équipements compliquait l'évaluation de la situation.

Les autorités des Salomon ont indiqué lundi n'avoir aucune idée de la durée de l'éruption du volcan de Tinakula. Ce dernier se trouve à quelques centaines de kilomètres au nord de l'archipel du Vanuatu, où 11'000 personnes ont été évacuées le mois dernier en raison déjà d'une éruption volcanique.

Cette île est aujourd'hui inhabitée. Mais elle ne se trouve qu'à quelques kilomètres seulement au nord des Santa Cruz, un groupe d'îles où vivent 10'600 personnes.

Les deux principaux motifs d'inquiétude de l'éruption de l'île de Tinakula sont les retombées de cendres sur les villages à proximité et l'impact sur le transport aérien, a déclaré à la Solomon Islands Broadcasting Corporation (SIBC) Loti Yates, directeur du Centre de gestion des catastrophes.

Risques limités

«Les gens doivent rester à l'intérieur dans la mesure du possible», a-t-il déclaré. «On pense que les risques d'impact du volcan sur Santa Cruz sont très limités.» Tinakula, dont le volcan se réveille régulièrement, comptait une population de 130 personnes jusqu'à ce qu'une éruption oblige en 1971 son évacuation permanente.

Il y a quelques semaines, les 11'000 habitants de l'île d'Ambae ont été évacués du fait du réveil du Manaro Voui, qui a grondé pendant plusieurs semaines avant d'envoyer une pluie de cendres et de roches sur certains villages de l'île. Les autorités des Vanuatu ont estimé vendredi que la situation permettait désormais le retour des personnes évacuées.

(nxp/ats)