Hambourg

10 novembre 2017 12:33; Act: 10.11.2017 12:45 Print

L'attaquant au couteau accusé de meurtre

Le Palestinien de 26 ans échappe à une accusation pour terrorisme, bien qu'il eût qualifié son acte de «contribution au Djihad mondial».

storybild

Ahmad A. avait mortellement blessé un client de 50 ans dans un supermarché de Hambourg. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Palestinien de 26 ans auteur d'une attaque mortelle au couteau fin juillet à Hambourg a été mis en accusation pour meurtre et tentative de meurtres. Mais pas pour acte de terrorisme.

Même si le jeune homme a qualifié son acte de «contribution au Djihad mondial», la guerre sainte menée par les extrémistes musulmans, l'enquête n'a révélé aucun lien avec l'organisation Etat islamique, a expliqué le Parquet antiterroriste de Karslruhe dans un communiqué.

Fin juillet, Ahmad A. était entré en plein milieu de l'après-midi dans un supermarché de Hambourg, s'était emparé dans un rayon d'un couteau de cuisine doté d'une lame de 20 cm et avait mortellement blessé un client de 50 ans. Il avait par la suite blessé six autres personnes avant d'être arrêté dans sa course puis maîtrisé par des badauds.


Selon les enquêteurs, le demandeur d'asile, jugé «psychologiquement instable» par la police, a choisi ses victimes au hasard, par vengeance face aux injustices subies selon lui par les musulmans dans le monde.

Sur le qui-vive

Le Parquet avait déjà estimé cet été qu'Ahmad A. n'avait pas de lien avec le groupe Etat islamique ou d'autres organisations terroristes, accréditant la thèse du «loup solitaire». Né aux Emirats arabes unis, il était arrivé en mars 2015 en Allemagne depuis la Norvège. Les autorités allemandes sont sur le qui-vive depuis un an et demi en raison de plusieurs attentats islamistes perpétrés ou envisagés dans le pays, notamment celui au camion-bélier revendiqué par le groupe Etat islamique qui a fait 12 morts en décembre 2016 sur un marché de Noël à Berlin. Plusieurs de ces actes ont été commis par des demandeurs d'asile et valent à la chancelière Angela Merkel d'être accusée par ses détracteurs d'avoir fait peser un risque à son pays en ouvrant la porte à des centaines de milliers de réfugiés en 2015 et 2016. La police allemande a annoncé fin octobre l'arrestation d'un Syrien de 19 ans, en «contact avec des djihadistes», soupçonné de préparer un grave attentat islamiste à l'explosif dans le pays.

(nxp/ats)