Catalogne

10 novembre 2017 13:02; Act: 11.11.2017 00:45 Print

La présidente du parlement est libre

L'indépendantiste catalane Carme Forcadell a quitté la prison dans laquelle elle a passé une nuit. Elle a réglé sa caution de 150'000 euros.

Voir le diaporama en grand »
Le 27 octobre 2017, le Parlement de Catalogne annonçait que la région devenait une République. Une rupture sans précédent en Espagne. La tension commence vraiment avec la . Les paysans catalans se révoltent en 1640 contre le roi qui les écrase sous les taxes pour financer la guerre contre la France et tuent le vice-roi. Cet épisode constitue l'hymne national catalan. Mais les choses se gâtent encore plus Durant la guerre de succession d'Espagne, Barcelone choisit le camp des Habsbourg contre les Bourbon. Ceux-ci triomphent et leur roi, Felipe V, écrase la ville. Une chute commémorée via la fête nationale catalane. Au 20e siècle, après la proclamation de la IIe République, la Catalogne obtient un de Catalogne. Le 6 octobre 1934, une très éphémère république catalane est même proclamée. Mais la guerre civile espagnole éclate après la victoire en France du Front populaire en 1936. Elle se solde par la victoire du général nationaliste Franco en , qui était restée fidèle à la République. Après la chute du régime de Franco en 1975, Juan Carlos 1er fait renaître la démocratie en Espagne. En 1978, la dote la Catalogne d'une large autonomie, qui peut disposer de son propre parlement et gouvernement En mars 2006, à la suite d'intenses négociations avec Madrid, le . La région devient une nation dans l'Etat espagnol. Avec ce statut, les Catalans ont leur propre drapeau national, leur hymne et fêtes populaires. Mais le Parti populaire de l'actuel président espagnol Mariano Rajoy fait recours auprès du Tribunal constitutionnel qui Des milliers de manifestants protestent à Barcelone en juillet 2010. En septembre 2012, des milliers de Catalans sont à nouveau dans la rue pour réclamer un . Mais Marino Rajoy, au pouvoir, refuse de négocier. En 2014, le président catalan Artur Mas convoque le peuple . Accepté à 80% des votants, le vote est déclaré nul par le Tribunal constitutionnel saisi par le gouvernement de Manuel Rajoy. Le 9 juin 2017, Carlos , séparatiste de longue date, devient président de Catalogne. Contre l'avis de Madrid, il annonce la tenue du référendum d'autodétermination le 1er octobre. malgré la présence de 10'000 gardes civils et la confiscation du matériel de vote par Madrid. Le oui l'emporte à 90% et le taux de participation est de 43%. Le gouvernement de Madrid, qui a interdit le vote, réprime les opérations au prix de qui font au moins 200 blessés. Journée de grève générale et de manifestations monstres à Barcelone mais aussi ailleurs en Espagne le 3 octobre 2017. Ce même 3 octobre, l'attitude du gouvernement catalan et son manque de loyauté. Le 8 octobre 2017, au moins pour défendre le maintien de la Catalogne dans l'Espagne. On le voit, l'épreuve de force entre Madrid et Barcelone et entre unionistes et indépendantistes n'est pas prête de se terminer.

Sur ce sujet
Une faute?

La présidente indépendantiste du parlement catalan Carme Forcadell, poursuivie pour «rébellion», restera libre sous caution, après s'être engagée à respecter «le cadre constitutionnel».

«Elle est sortie», a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère espagnol de l'Intérieur, tandis que des chaînes de télévision montraient une voiture officielle du parlement catalan quitter l'enceinte de la prison pour femmes d'Alcala Meco située près de Madrid où elle avait passé la nuit. Et ce à la veille d'une nouvelle journée de manifestations à Barcelone en faveur de la libération de dirigeants séparatistes incarcérés.

D'un montant de 150'000 euros, la caution réclamée à Mme Forcadell est six fois plus élevée que celle, de 25'000 euros, fixée pour cinq autres parlementaires.

Contrôle judiciaire

L'élue de 58 ans est placée sous contrôle judiciaire, celui-ci prévoyant la confiscation de son passeport, l'interdiction de sortie du territoire espagnol et l'obligation de se présenter une fois par semaine devant un juge.

De son côté, le président catalan destitué Carles Puigdemont se trouve actuellement en Belgique avec quatre ex-ministres de son gouvernement, dans l'attente de l'examen par la justice belge d'un mandat d'arrêt international émis par l'Espagne.

Mme Forcadell avait été entendue la veille, comme cinq autres parlementaires catalans, dans le cadre de l'enquête pour «rébellion», «sédition» et «malversations» déclenchée après la proclamation de l'indépendance par le parlement catalan, le 27 octobre.

Les parlementaires évitent donc la détention provisoire, à la différence de huit ex-«ministres» du gouvernement séparatiste catalan et des deux dirigeants d'associations indépendantistes incarcérés près de la capitale espagnole.

Trahison ?

Carme Forcadell, une indépendantiste de la première heure, avait compté un à un les bulletins des élus qui avaient voté pour la sécession le 27 octobre, soit 70 sur 135. Ce vote sans précédent en Espagne a été suivi de la mise sous tutelle de la Catalogne par le gouvernement central, qui a aussi destitué son exécutif, dissous son parlement et convoqué des élections régionales pour le 21 décembre.

Pour sa défense, Mme Forcadell a assuré devant le juge qu'elle n'avait pas, en tant que présidente du Parlement, «la liberté d'interdire un vote», a dit un de ses porte-parole. Elle a aussi expliqué que la déclaration d'indépendance était sans effets juridiques, selon des sources ayant assisté à l'interrogatoire.

Dans son arrêt sur ces comparutions, le juge Pablo Larrena précise que les élus ont devant lui «renoncé à toute activité politique future», ou dans le cas où ils poursuivraient leur carrière, «renoncé à tout acte hors du cadre constitutionnel». C'est ce qui explique sans doute, d'après le porte-parole du gouvernement conservateur espagnol Inigo Mendez de Vigo, que le juge accepte le maintien en liberté contre le versement de cautions.

«Cette déclaration selon laquelle ils ne feront rien contre l'ordre constitutionnel (...) me semble très bien», a réagi M. Mendez de Vigo. «Nous assistons au retour à la normalité en Catalogne».

Quid des indépendantistes ?

Les propos des parlementaires devant le juge pourraient fâcher une partie du camp indépendantiste, au sein duquel sont déjà récemment apparues des dissensions et qui n'a pas réussi à présenter une coalition en prévision des prochaines élections régionales.

Mais si le journal El Mundo (droite) voyait dans ces déclarations une «renonciation» de la présidente du parlement catalan à la sécession, le député Joan Josep Nuet, seul parmi les élus visés par l'enquête à n'avoir pas voté pour l'indépendance, a rejeté toute idée de «trahison» de la part des parlementaires. «Ils n'ont rien trahi du tout», a commenté M. Nuet, laissé libre sans contrôle judiciaire : ils ont simplement dit «des choses qui sont évidentes mais que les gens ne disent pas parce que ça ne fait pas bonne impression».

Droits humains

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a confirmé vendredi que «quatre requêtes catalanes» avaient été déposées devant elle contre l'Espagne. La Cour de Strasbourg doit maintenant les examiner avant de décider si elles les sont ou non recevables. La CEDH a précisé que l'une d'elles, reçue le 18 octobre, émanait de la présidente du parlement catalan, et que Carles Puigdemont l'avait également signée, aux côtés de plusieurs dizaines de parlementaires catalans.

Les indépendantistes, qui tentent de maintenir la mobilisation, ont appelé à une nouvelle manifestation samedi à Barcelone à partir de 17h00. Ils espèrent la même affluence qu'à l'occasion de la fête nationale de Catalogne, le 11 septembre, qui rassemble depuis 2012 des centaines de milliers de personnes.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Esther le 10.11.2017 16:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dites les choses jusqu'au bout

    Énervée, pourquoi vous ne précisez pas qu elle a modifié sa position : elle a déclaré que la déclaration d indépendance était symbolique et non légale et que dorénavant elle respecterait la constitution

  • Ana Sanz le 10.11.2017 13:44 Report dénoncer ce commentaire

    Grande!

    L'Espagne est un pays d'une tolérance infinie. Même envers les ingrats!

  • ® Vinc ® le 10.11.2017 15:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Alors

    Alors où est la dictature prônée par tout ces indépendantistes ? La loi est la loi et la mesure adoptée pour elle est tout à fait logique. Cela rien à voir avec puigdemont

Les derniers commentaires

  • © Vinc © le 10.11.2017 19:26 Report dénoncer ce commentaire

    cher payé

    il faut reconnaitre que 150'000 c'est cher payé pour avoir osé exprimer une opinion politique. Mais bon si c'est pour échapper à la prison avec tout cela comporte ... quand on voit comment la Guardia Civil le 1er octobre a matraqué à la vue de tout le monde enfants, femmes, vieillards y compris, on ne peut que se douter de ce qu'on va subir dans les geôles espagnoles à l'abri de tout regard ...

    • Jordi Sànchez le 10.11.2017 20:30 Report dénoncer ce commentaire

      @© Vinc ©

      Pour le moment c'est mon codétenu de cellule qui subit, le premier a déjà demandé un transfert, maintenant je suis avec un péruvien. Je, soussigné Jordi Sànchez, dit El Matraca Indepe!!

    • ® Vinc ® le 10.11.2017 21:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @© Vinc ©

      Hahaha plus possible de plagier mon petit rigolo tu nes quun fake mal fat et frustré

  • Pelayo le 10.11.2017 18:34 Report dénoncer ce commentaire

    bravo

    ce n'est que justice qu'elle soit libérée. Elle n'a rien fait de mal. Elle est la présidente du Parlement de Catalogne et n'a fait que son devoir : présider une séance et compter les bulletins lors d'une votation. Si cela vous mène en prison en Espagne c'est le monde à l'envers. Je comprends pourquoi les catalans veulent échapper à cet état qui ne les respecte pas.

    • Nachito le 10.11.2017 19:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pelayo

      Tu as manqué des épisodes

    • P54 le 11.11.2017 21:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pelayo

      Pelayo?? Vous usurpez le nom de lautre Pelayo, comme Vinc dailleurs qui a son double!!! Les VRAIS défendent lunité de lEspagne et ont les pieds sur terre. Mais vous, ce nest pas étonnant car cest votre spécialité, vous persévérez à tromper le monde comme dailleurs tous les indépendantistes de votre espèce. Arrêtez votre jeu mesquin. Tout le monde nest pas dupe!!!

  • Esther le 10.11.2017 16:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dites les choses jusqu'au bout

    Énervée, pourquoi vous ne précisez pas qu elle a modifié sa position : elle a déclaré que la déclaration d indépendance était symbolique et non légale et que dorénavant elle respecterait la constitution

    • Delta one le 10.11.2017 18:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Esther

      Très juste bravo

  • ® Vinc ® le 10.11.2017 15:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Alors

    Alors où est la dictature prônée par tout ces indépendantistes ? La loi est la loi et la mesure adoptée pour elle est tout à fait logique. Cela rien à voir avec puigdemont

    • TON ENNEMI CATALAN le 10.11.2017 15:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @® Vinc ®

      Elle est bien là... demande au Juez Garzón.

    • None le 10.11.2017 15:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @® Vinc ®

      Dit-il, depuis la Suisse, à 1000 kilomètres de là...

    • TON ENNEMI CATALAN le 10.11.2017 15:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @® Vinc ®

      VINC stp, prends 3-4 jours pour lire la Guerre Civile Espagnole de Hugh Thomas ou alors relis bien ce qui est dit dans Wikipedia sur l'origine du conflit et après tu reviens discuter stp. Pense que dans toute dictature, il Y a des lois aussi et des pseudos tribunaux de justice, mais même sous une démocratie déguisée comme celle de l'Espagne, il y a les LOBYS CONSEVATEURS et LES LOBYS FRANQUISTES. Ce sont eux qui tirent les ficelles de tout, même quand les socialistes gouvernent ... tu comprends ce que j'essaie de te dire ??? Tu comprends pas que tous les piliers de l'Espagne sont Franquiste

    • ® Vinc ® le 10.11.2017 17:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @TON ENNEMI CATALAN

      En tout cas , je nai pas à demandé si tu es un sacré client je pense que Knie peut tengager

    • ® Vinc ® le 10.11.2017 17:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @TON ENNEMI CATALAN

      Alors je comprends bien ce que tu veux dire , mais ce nest pas seulement en Espagne, dans tout les pays les citoyens sont manipulés par tout ces rigolos dhommes politiques, je ne défends aucun dentre eux, car aucun ne vaut lautre , je ne suis ni pour Rajoy que pour Puigdemont, , je suis simplement pour lunité de lEspagne, car si on applique ta théorie on devrait faire exploser tout les pays , non?

    • LE CATALAN le 10.11.2017 18:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @® Vinc ®

      Pas du tout. T'as pas encore compris.

    • ® Vinc ® le 10.11.2017 20:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @LE CATALAN

      Désole Franquiste non, manipulé par des lobbys ,oui comme dans tout les pays. Même en Suisse tout est manipulé

    • None le 11.11.2017 09:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @ 20min

      20mim, on utilise mon pseudo, je veux manifester mon opposition et vous me censurez?? Pour ceux qui n'ont pas compris, le Commentaire au dessus signé None n'est pas de moi. Merci Albert...

    • Nâne le 11.11.2017 11:36 Report dénoncer ce commentaire

      @ None

      Qu'est-ce qu'on s'en tape? Tu t'appelles None? Alors? Tu veux porter plainte pour usurpation de pseudo!!?? MDR!!

  • Olivier Costa le 10.11.2017 14:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Madrid résonne enfin

    Enfin Madrid revient à la raison. Bien que le débat ne fait que commencer. C'est au peuple Catalan de décider de son sort et à lui seul. Même ci dernier devenait indépendant il ne pourrait pas emporter son territoire sous Le Bras et s'installer ailleurs. La Catalogne sera toujours attachée culturellement et politiquement à l'Espagne, voilà le seul raisonnement valable et constructif.

    • ® Vinc ® le 10.11.2017 15:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Olivier Costa

      La Catalogne sera toujours unie à lEspagne

    • Olé le 10.11.2017 17:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @® Vinc ®

      Vinc, si ta femme ne taime plus et veut divorcer tu diras aussi « non tu resteras toujours avec moi, même si je te méprise et que tu me hais »?

    • Mélanie Crespo le 10.11.2017 17:51 Report dénoncer ce commentaire

      @ Olivier Costa

      alors quel est l'objet du débat si vous même dites: "la Catalogne sera toujours attachée culturellement et politiquement à l'Espagne, voilà le seul raisonnement valable et constructif" Arrêtez de geindre et vouloir débattre du sexe des anges et tout ira mieux pour vous!

    • Don Juan le 11.11.2017 11:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Olé

      Si ma femme veut divorcer, je ne voudrait et ne pourrait la retenir... quelle parte en Belgique par exemple! Tout comme dans un divorce, on ne peut prétendre aux acquis avant mariage! Tu comprends le lien? Petit conseil, quand tu compares un truc à un autre... va jusquau bout.