Affaire Ramadan

10 novembre 2017 19:04; Act: 10.11.2017 19:30 Print

«La justice française doit vite se prononcer»

Deux plaintes pour viol ont été déposées en France à l'encontre de Tariq Ramadan. Le Conseil français du culte musulman s'est exprimé sur le sujet.

storybild

Tariq Ramadan nie les accusations. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Ahmet Ogras, a souhaité vendredi que la justice se prononce «rapidement» sur les accusations de Françaises visant l'islamologue suisse Tariq Ramadan.

«Il faut que la justice se prononce très rapidement. Et nous demandons aux adversaires politiques (de Tariq Ramadan, NDLR) de ne pas se mêler de cette affaire, dans l'intérêt des victimes», a déclaré Ahmet Ogras, relevant qu'«il n'y a pas une ambiance sereine aujourd'hui sur ce sujet-là». «Si (l'essayiste) Caroline Fourest, si (l'ancien Premier ministre français) Manuel Valls ne s'étaient pas mêlés de cette affaire, je pense que les victimes en sortiraient plus fortes», a estimé le président de l'instance représentative du culte musulman.

L'islamologue suisse Tariq Ramadan, 55 ans, petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne islamiste des Frères musulmans, populaire dans les milieux musulmans conservateurs, est aussi très contesté, notamment dans les sphères laïques qui voient en lui le tenant d'un islam politique. Plaintes en France

Deux plaintes pour viol ont été déposées en France à son encontre depuis le 23 octobre, et un quotidien suisse a relayé des témoignages d'abus sexuels sur des mineurs le visant. L'intellectuel a réfuté ces accusations.

Si Tariq Ramadan a donné de nombreuses conférences à l'invitation d'associations proches de l'ex-UOIF - gravitant dans l'orbite des Frères musulmans et devenue Musulmans de France -, «ce n'est pas un ami du CFCM», a relevé Ahmet Ogras.

«Il bénéficie de la présomption d'innocence» et «il n'a pas plus ni moins d'immunité que les autres», a-t-il ajouté. Mais «si M. Ramadan était salarié du CFCM, on l'aurait mis en congé, comme l'a fait Oxford», a assuré le président de l'instance élue par les mosquées. L'université britannique a annoncé mardi que son professeur d'études islamiques contemporaines avait «pris un congé».

(nxp/afp)