Genève

08 novembre 2017 12:07; Act: 08.11.2017 12:07 Print

Ultimatum du Cartel des fonctionnaires au Canton

Les syndicats de l’administration exigent de l'Etat qu'il retire ses projets d'assainissement de la caisse de prévoyance et de nouvelle grille salariale.

storybild

Les fonctionnaires et leurs partisans manifestent dans les rues de la ville, lors du 7e jour de grève de la fonction publique, ce mardi 15 décembre 2015 à Genève. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Cartel intersyndical de la fonction publique lance un appel à la mobilisation de ses troupes. «On ne va pas se laisser manger tout cru», a déclaré mardi soir son président Marc Simeth, lors d'une assemblée du personnel qui a réuni environ 200 personnes.

Une résolution, votée à l'unanimité, demande notamment au gouvernement de retirer son projet de loi d'assainissement de la caisse de prévoyance de l'Etat de Genève (CPEG) ainsi que son projet de réforme de la grille salariale des fonctionnaires. Les syndicats exigent aussi un budget 2018 permettant d'assurer des prestations de qualité.

Grève envisagée

Les participants à l'assemblée ont donné au Conseil d'Etat deux semaines pour répondre, soit jusqu'au 21 novembre. Si le gouvernement ne réagit pas, le Cartel envisagera alors tous les moyens de mobilisation pour faire valoir ses revendications. La grève a été évoquée. La prochaine assemblée du personnel doit se tenir le 28 novembre.

De nombreux enseignants se sont rendus à l'assemblée. Il y avait aussi des représentants du secteur de la santé et du domaine social, ainsi que quelques policiers et agents de détention. Marc Baudat, le président de l'Union du personnel du corps de police (UPCP), a décrit l'ambiance morose qui régnait dans les rangs de la police.

Les gens sont en colère, les effectifs ne sont pas suffisants et la confiance de la base envers le conseiller d'Etat Pierre Maudet et l'état-major de la police n'existe plus, selon le syndicaliste L'atmosphère chez les gardiens de prison est la même, avec des personnes qui se retrouvent «au bord du gouffre».

(ats/dra)