Genève

05 avril 2017 07:33; Act: 05.04.2017 07:33 Print

Objectif -20% de retraite pour la fonction publique

par Jérôme Faas - La caisse de pension de l’Etat affronte un gros grain. Les futures prestations de 2e pilier des actifs vont être limées.

storybild

Comparer la générosité des systèmes de retraites romands entre eux est extrêmement ardu: trop de variables diffèrent selon les cantons. (Photo: iStock)

Sur ce sujet
Une faute?

Menace sur la bourse des fonctionnaires. Leurs futures rentes LPP risquent fort d’être amputées de 20%. Le comité de la Caisse de pension de l’Etat de Genève (CPEG) doit voter d’ici juin les mesures destinées à combler le trou de 1,4 milliard créé par la baisse du taux technique (encadré).

Le relèvement de l’âge pivot de la retraite de 64 à 65 ans dès 2018, déjà décidé, équivaut à une baisse de 5% des prestations. Il est dorénavant question de réduire le taux de rente de 60% à 51% (soit une baisse de 15%). «C’est le pire scénario, juge Marc Simeth, patron du Cartel intersyndical de la fonction publique. On ne va pas se laisser faire.» Une option plus douce, à 54% (soit une baisse de 10%), est aussi étudiée. Dans les deux cas, il est prévu d’amortir le choc avec un compte individuel alimenté les années où la bourse sourit. Me Alves de Souza, président de la CPEG, tait quelle solution a les faveurs du comité. Il confirme que l’objectif d’une baisse de 20% des prestations existe. Mais rien ne serait encore acté. «On va plutôt vers un paquet de mesures».

Le timing joue ici un rôle crucial: le comité de la CPEG est formé, à parts égales, de représentants des employés et de l’employeur. En cas d’égalité, le président tranche. Il se trouve jusqu’à l’été dans le «camp» de l’employeur, qui perdra donc bientôt la main. Me Alves nie une telle polarisation, mais le Cartel est sûr que tout est fait pour imposer une solution défavorable aux employés avant le changement de majorité.