Genève

10 novembre 2017 17:17; Act: 11.11.2017 14:47 Print

Le lancement du bus électrique TOSA retardé?

Les employés d'ABB Sécheron «travailleront», mais pas à leurs tâches habituelles de production à partir de lundi.

storybild

Des journalistes parlent avec des syndicalistes d'Unia devant le bâtiment de ABB-Sécheron à Meyrin-Satigny. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le personnel d'ABB Sécheron cessera dès lundi à 5 heures de travailler à la production pour mener une «consultation collective» face au plan de restructuration de près de 150 postes. Cette mesure a été décidée a l'unanimité vendredi lors d'une Assemblée générale.

Les employés «travailleront», mais pas à leurs tâches habituelles de production, a dit une source proche du dossier. Cette mesure sera réexaminée chaque jour pour être reconduite sur le site de Meyrin (GE).

Elle pourrait retarder le lancement du bus électrique TOSA qui doit fonctionner dès décembre pour les Transports publics genevois (TPG). Les employés ne se mettent pas en grève pour éviter de violer un engagement prévu dans la Convention collective de travail (CCT) qui organise leur activité.

Le personnel d'ABB Sécheron avait lancé mardi un ultimatum à la direction du groupe zurichois d'électrotechnique pour un retrait de son plan de délocalisation de la quasi totalité de la production vers la Pologne d'ici vendredi midi. Face au refus des dirigeants, les 150 participants à la réunion ont validé cette «consultation collective».

Plus de 200 permanents sur le site

Ils demandent notamment pour cette discussion des indications sur les raisons de ce plan de licenciement. Ils souhaitent aussi les chiffres d'exploitation des différents sites du groupe en Suisse.

Dans une prise de position envoyée à l'agence financière awp, ABB estime que la phase de consultation sur son plan de délocalisation qui menace 100 permanents et 43 temporaires «progresse bien». Le groupe discute également avec le Conseil d'Etat, alors que le Département de la sécurité et de l'économie (DSE) et celui de l'emploi, des affaires sociales et de la santé (DEAS) ont lancé un groupe de travail pour tenter de préserver l'ensemble du site genevois.

Au total, environ 210 permanents travaillent à ABB Sécheron auxquels s'ajoutent les temporaires. Les employés veulent faire des propositions pour maintenir l'emploi sur ce site genevois.

(nxp/ats)