Projet de budget 2018

12 septembre 2017 11:54; Act: 12.09.2017 17:32 Print

Un gros déficit et des mesures choc pour Genève

par Jérôme Faas - Le canton prévoit 261 millions de pertes. Il veut limer les subsides d'assurance maladie, faire payer les communes et traquer les fraudeurs fiscaux.

storybild

Serge Dal Busco, conseiller d'Etat chargé des finances, et François Longchamp, président du Conseil d'Etat. (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Sur ce sujet
Une faute?

«Ni réjouissant, ni satisfaisant.» C’est ainsi que Serge Dal Busco, conseiller d’Etat chargé des finances, a qualifié ce mardi matin le projet de budget 2018 du gouvernement. Et pour cause: il affiche un déficit de 261 millions de francs. Par rapport à l’an passé, les charges ont crû de 1,9%, soit 158 millions. Une telle augmentation est relativement habituelle, a expliqué le Conseil d’Etat. Ce qui l’est bien moins, c’est la fonte des recettes, de -0,3%, soit -23,5 millions. «Jusqu’en 2015, des hausses notables des revenus couvraient, parfois même largement, celle des charges.»

Cette période, alors que les rentrées fiscales se contractent, paraît révolue. Ce d’autant plus que pointent à l’horizon «deux enjeux cruciaux» pour Genève, anticipe François Longchamp, président du Conseil d’Etat: l’inéluctable réforme de la fiscalité des entreprises, qui coûtera plusieurs centaines de millions de francs par an à l’Etat, quelle que soit la forme finalement retenue; et la recapitalisation de la caisse de retraite de la fonction publique (CPEG), dans laquelle l’exécutif est prêt à injecter plus de quatre milliards de francs.

Genève trouve qu'il paie trop pour les autres

Tout en dressant ce sombre tableau, le Conseil d’Etat a choisi de désigner un coupable principal: la péréquation intercantonale, c’est-à-dire le mécanisme fédéral ponctionnant les cantons riches (Zoug, Genève, Zurich, Bâle, Schwytz et Nidwald) pour renflouer tous les autres. Cette année, Genève a décaissé 298 millions à cet effet, a indiqué Serge Dal Busco. Le canton juge d’une part que c’est trop, d’autre part que les communes pourraient elles aussi mettre la main à la poche: en 2016, elles ont réalisé 133 millions d’excédents et étaient assises sur une fortune de 3,8 milliards. François Longchamp a ainsi sous-entendu qu’un projet de loi visant à faire passer les communes à la caisse était dans l’air du temps.

Subside C dans le viseur

Le Conseil d’Etat a par ailleurs déjà annoncé des mesures d’économies immédiates. La première concerne les aides offertes pour payer l’assurance maladie. Le gouvernement va supprimer le subside C, celui de 30 francs par mois. L’économie réalisée atteint 5,5 millions. «Lorsque l’on a écrit aux Genevois qui touchaient des prestations sociales pour les appeler à se régulariser en cas de fraude, plusieurs bénéficiaires du subside C nous ont interrogés: pourquoi m’écrivez-vous, je ne reçois rien de l’Etat? Il s’agit de personnes qui ne se rendent même pas compte qu’elles sont aidées. Nous avons choisi de nous concentrer sur les familles qui en ont le plus besoin», a expliqué le conseiller d’Etat Mauro Poggia.

Le projet de budget prévoit également que les fonctionnaires ne perçoivent qu’une demi-annuité en 2018, ce qui permettrait à l’Etat d’économiser 20,3 millions.

Une armée de taxateurs

Il intègre par ailleurs de nouvelles recettes, dues à l’embauche de 42 nouveaux taxateurs des impôts (42 millions escomptés) et à la création d’un service de régularisation afin de traiter les dénonciations spontanées (17 millions), en hausse «à cause de l’échange automatique des données», expose Serge Dal Busco. Le Canton dit effectuer une règle de trois pour anticiper la profitabilité des futurs employés. «Le travail de l’administration fiscale produit de 600 à 700 millions de francs par an (ndlr: qui ne rentreraient pas si l’Etat se basait sur les seules déclarations fiscales), explique le conseiller d’Etat Antonio Hodgers. On détermine donc un revenu par taxateur que l’on projette.»

L‘exécutif espère maintenant convaincre le Parlement. «Tout doit être mis en œuvre pour éviter de vivre un nouvel exercice sans budget voté. Nous avons peut-être la possibilité de trouver une majorité devant le Grand Conseil», a estimé Serge Dal Busco. La tâche sera quoi qu’il arrive ardue, au vu des premières réactions mitigées des différents partis.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • didi le 12.09.2017 12:32 Report dénoncer ce commentaire

    2 mesures à prendre

    première mesure à prendre : réduction de 30% du salaire des conseillers d'état et suppression de la moitié de leurs avantages en nature (frais de représentation etc). deuxième mesure : diminution de 40% des retraites des anciens conseillers d'état. Après l'application de ses deux mesures on pourra commencer à discuter d'économies.......

  • paysan le 12.09.2017 12:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bravotissime

    Genève Neuchâtel même combat. des politiciens au clapet énorme mais incapables

  • Geoffrey le 12.09.2017 14:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    trop de dépenses !!!

    Pauvre Genève. Il suffit déjà d'arrêter de voter des études, des salles provisoires, des infrastructures pour une extrême minorité et de dilapider cet argent. Le nombre d'assistés en ville de Genève. Sont ils vraiment Suisses, doivent ils vraiment recevoir quelque chose. Le problème est pas le manque de revenus mais que Genève DEPENSE beaucoup trop.

Les derniers commentaires

  • Mustapha Ghazzal le 14.09.2017 19:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    parlement genevois

    bon courage à nos politiciens et merci pour leurs travail.

  • Ardisson le 13.09.2017 16:02 Report dénoncer ce commentaire

    Genève vache à lait

    Pas de problème! L'arbitrage du parlement finira par aboutir à un budget équilibré. Sans les 298 millions que Genève paie pour les cantons pauvres, le budget serait déjà équilibré. Que les cantons bénéficiaires de la péréquation financière se bougent pour se développer économiquement et tout le monde sera content.

  • Albert E. le 13.09.2017 13:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dal Busco le nouveau Titanic...

    Il y a peut-etre un "jeu" politique derriere ce budget. Neanmoins, c'est scandaleux et inadmissible de voir le Conseil d'etat presenter un tel budget, comme une normalité. Il sert à quoi le Conseil d'Etat ? Il sert à quoi le touriste Dal Busco ? Hiler savait gerer ses budgets. Dal Busco est incompetent et mediocre. Vu son incompetence, il n'a rien à faire au Conseil d'Etat. Il coûte cher et ne maitrise aucun de ses dossiers. Enfin, à quoi sert l'Entente et surtout le PLR ? Le budget doit etre à l'équilibre, c'est un imperatif de bonne gestion.

  • Rolo le 13.09.2017 12:55 Report dénoncer ce commentaire

    4e, 5e & 6e mesures à prendre

    4ème mesure; Supprimer la commune de la ville de Genève. Economie: 80 élus, 5 conseillers administratifs et une ribambelle d'employés qui font doublon avec l'Etat. 5ème mesure; Supprimer 50 élus du parlement cantonal, les élire en fonction d'arrondissement les forçant à vivre dans cet arrondissement (plus près du peuple). Gestion de la ville par 1 conseiller d'Etat. 6ème mesure, obliger tous les employés de l'état et des communes à vivre dans le canton sans aucune exception.

  • Sébastien D. le 13.09.2017 08:54 Report dénoncer ce commentaire

    Pour faire des économies...

    Il faut fusionner les département entre la ville et le Canton en un seul et supprimer les doublons. CQFD