Royaume-Uni

06 octobre 2017 10:16; Act: 06.10.2017 10:16 Print

«J'ai joui en toi et j'ai le VIH. LOL. Oups!»

Le procès d'un jeune homme de 26 ans s'est ouvert cette semaine à Brighton. Il est accusé d'avoir volontairement transmis le virus VIH à quatre hommes.

storybild

Le coiffeur rencontrait ses victimes sur Grindr, les infectait, et les narguait ensuite par SMS.

Sur ce sujet
Une faute?

Un coiffeur britannique de 26 ans atteint du VIH a délibérément tenté d'infecter des hommes qu'il contactait via l'application de rencontres Grindr. Daryll Rowe, de Brighton (sud), est accusé d'avoir insisté pour avoir des rapports sexuels non protégés avec ses victimes, leur assurant qu'il n'était pas porteur du virus. Si ses partenaires refusaient de se passer d'un préservatif, il les perçait discrètement avant l'acte. Après ces rendez-vous, le Britannique narguait ses amants par SMS, leur annonçant qu'il les avait peut-être infectés, relate «The Guardian».

L'un des partenaires de Daryll a par exemple reçu le message suivant: «Peut-être que tu as de la fièvre. J'ai joui en toi et j'ai le VIH LOL. Oups!» Lors d'une conversation téléphonique avec un autre amant, le Britannique aurait lancé: «J'ai déchiré le préservatif. Tu es tellement stupide. Tu ne t'en es même pas rendu compte.» Entre octobre 2015 et décembre 2016, le coiffeur a infecté quatre hommes et tenté de faire six autres victimes. L'accusé crie son innocence, mais la procureure a décrit un individu «cynique».

Médecins inquiets

Daryll Rowe a été déclaré positif en avril 2015 et les médecins ont trouvé qu'il gérait plutôt bien ce diagnostic. Ils ont cependant commencé à s'inquiéter lorsque le jeune homme a refusé de se faire vacciner pour des maladies communes telles que la pneumonie, et surtout quand il a renoncé à prendre des antirétroviraux pouvant ralentir le développement du virus et rendre le malade moins contagieux.

«Il avait été prévenu qu'il risquait des poursuites s'il infectait quelqu'un ou même s'il exposait une personne à ce risque», a tempêté la procureure au tribunal. La juge a garanti à toutes les victimes un anonymat à vie et la possibilité de témoigner derrière un écran pour ne pas avoir à affronter Daryll devant la cour. Le procès du Britannique doit durer six semaines.

(joc)