05 octobre 2017 06:25; Act: 05.10.2017 06:32 Print

Entre contemplation et résolutions de casse-têtes

Avec «Hob», Runic Games lorgne du côté de «Zelda» pour séduire les fans d’exploration.

Une faute?

Les créateurs de la saga des «Torchlight» ont troqué les hack and slash purs et durs pour le mystérieux «Hob». Ce jeu d’exploration et de résolution d’énigmes permet au joueur d’incarner une petite créature chétive possédant un bras robotique surdimensionné, le faisant passer pour une version édulcorée du démon Hellboy. Pas seulement esthétique, cette prothèse mécanique va l’aider à actionner divers leviers pour redonner vie à un monde qui se meurt lentement mais sûrement. Et c’est avec un plaisir non dissimulé que l’on assiste, souvent médusé, aux changements de relief induits par ses actions, parfaitement mises en scène grâce à un graphisme de style cartoon du plus bel effet.

Certes, la caméra, souvent trop éloignée de l’action, handicape la progression, transformant certains déplacements ou sauts à première vue aisés en véritables pièges. Mais ces quelques petits soucis d’ergonomie n’entachent que peu la magie que procure cette aventure. A noter encore un manque d’indications flagrant qui risque de freiner la progression à force de tourner en rond. Mais on finit toujours par retrouver son chemin.

Malgré ces petites errances et des combats sympathiques bien qu’anecdotiques, «Hob» possède ce petit quelque chose qui fait que l’on y retourne.


(mmi/20 minutes)