Italie

04 novembre 2017 14:16; Act: 04.11.2017 20:25 Print

Tornatore nie tout harcèlement sexuel

Giuseppe Tornatore, le réalisateur de «Cinema Paradiso», est accusé d'avoir harcelé une starlette il y a 20 ans.

storybild

Le réalisateur italien rejette les allégations faites par l'ancienne actrice Miriana Trevisan. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le réalisateur italien Giuseppe Tornatore, auteur de «Cinema Paradiso» en 1988, Oscar du meilleur film étranger en 1990, a formellement démenti samedi avoir importuné une actrice il y a vingt ans dans son bureau.

«Je suis allée dans le bureau de Giuseppe Tornatore. Mon agent avait organisé la rencontre. Il ne s'agissait pas d'une audition, mais d'une première rencontre en prévision d'un film en production», a expliqué l'ancienne starlette de la télévision Miriana Trevisan, âgée aujourd'hui de 44 ans, au magazine Vanity Fair.

Lorsqu'elle s'est levée, «il m'a accompagnée à la porte, puis m'a poussée contre le mur, commençant à m'embrasser le cou et les oreilles, ses mains caressaient mes seins sans ménagements», a-t-elle raconté. «J'ai réussi à m'échapper», a poursuivi Miriana Trevisan, estimant que le réalisateur «ne se souvenait même pas probablement» de ce qui s'était passé.

Giuseppe Tornatore, 61 ans, a déclaré au quotidien La Repubblica qu'il ne se rappelait pas cette scène : «je n'ai pas posé un doigt sur elle», a affirmé le réalisateur sicilien. «Je me souviens d'une rencontre cordiale et je rejette les allégations faites», a-t-il poursuivi en indiquant qu'il envisageait de porter plainte.

Cette affaire s'inscrit dans la liste toujours plus longue des personnalités qui, de Hollywood à Londres ou ailleurs, sont accusées de harcèlement sexuel, ou pire.

(nxp/afp)