Portugal

10 novembre 2017 18:03; Act: 10.11.2017 18:03 Print

Un terminal high-tech pour les paquebots

Lisbonne se dote d'un terminal dernier cri pour accueillir les bateaux de croisière, où le tourisme est l'un des principaux moteurs de l'économie portugaise.

storybild

Le nouveau terminal de 13'800 mètres carrés se dresse entre la rive du Tage et le quartier historique d'Alfama.

Une faute?

Lisbonne dispose d'un nouveau terminal de croisières. Il doit permettre de faire face à l'afflux croissant du nombre de visiteurs dans un secteur du tourisme en pleine expansion, qui constitue le principal moteur de l'économie portugaise.

«Nous pouvons encore renforcer le poids du tourisme dans l'économie», a lancé le Premier ministre portugais Antonio Costa à l'occasion vendredi de l'inauguration de cette nouvelle infrastructure. «Pour cela, il faut diversifier l'offre afin de s'assurer qu'elle ne soit pas une activité saisonnière uniquement axée autour du soleil et de la plage», a-t-il ajouté.

Le bâtiment de 13'800 mètres carrés aux lignes épurées se dresse entre la rive du Tage et le quartier historique d'Alfama, avec son dédale de ruelles étroites et ses immeubles aux couleurs pastels parés d'azulejos.

Ce terminal, dont la structure comprend des matériaux innovants tels qu'une association entre le béton et le liège permettant notamment une meilleure isolation thermique, est organisé comme un grand aéroport international sur trois niveaux.

L'édifice accueillera les navires de croisière qui accostaient auparavant dans les quais d'Alcantara, dans l'ouest de la ville, au pied du pont 25 avril. Il pourra recevoir jusqu'à 1,8 million de visiteurs par an.

Moteur économique important

En 2016, 523'000 passagers avaient fait escale dans la capitale portugaise. Mais pour 2018, les prévisions tablent sur quelque 620'000 visiteurs.

Le terminal de croisières, dont les travaux avaient débuté en 2007, a «exigé un investissement public de départ de 54 millions d'euros (...) et un autre d'environ 23 millions d'euros (62 et 26,4 millions de francs) lors de la dernière phase, mais aujourd'hui il ne comporte aucun risque pour le secteur public», a assuré Ana Paula Vitorino, ministre de la Mer.

Le tourisme, qui représente environ 7% du produit intérieur brut (PIB) est l'un des principaux moteurs de l'économie portugaise. Au troisième trimestre, ce secteur est à l'origine de plus d'un tiers des 142'000 emplois créés au cours des douze derniers mois.

(nxp/ats)